Ted Lasso, la série Apple + : You will never walk alone

La sortie de la saison 2 (disponible depuis le 23 juillet sur Apple +) me donne envie de revenir sur ce que j’ai pensé de la saison 1. 

Existe t-il meilleur titre pour une critique d’une série feel-good sur le football ? Pour les connaisseurs du ballon rond, cette phrase scandée dans les stades, résume assez bien la série.

Le topo ?

Un coach américain, Ted Lasso, qui débarque en Angleterre sans connaître la moindre règle sur le football, le soccer, pourquoi pas, quoi que, j’avais peur de la lourdeur du personnage, lourdeur qu’on retrouve souvent quand ce thème sportif est diffusé sur grand écran. Appréhension aussi de retrouver les clichés connus sur le football : des joueurs idiots, riches, au comportement enfantin…

Alors ?

Alors c’est parfait, dans les premières épisodes on retrouve des blagues qui mettent en lumière aux différences culturelles langagières et footballistiques entre UK et US, c’est très délicat, et drôle. La série est d’ailleurs particulièrement bien écrite humoristiquement. Les personnages font écho aux clichés du football en démontrant subtilement qu’il ne faut pas s’y fier, les méchants sont parfois gentils, sans tomber dans le gnan-gnan habituel des séries. On se surprend à être emporté face à des airs de dejà-vu.

On sent tout de suite que c’est une série « feel-good », et c’est assez rare pour être souligné : un vent de fraicheur se glisse parmi nous quand on lance un épisode : c’est un feel-good proche de la réalité, où le négatif est bien présent, mais gommé par le positif, c’est le trait de caractère principal de Ted Lasso, peut-être aussi, la morale de l’histoire.

Ressentir 

La série me fait beaucoup penser à This is us, par sa capacité à gommer systématiquement les émotions négatives de la vie. Les scénaristes organisent des rencontres entre des personnages de mondes (culturels et sociaux) différents, pour qu’ils apprennent l’un de l’autre et se tirent vers le haut, c’est peut-être évident dans une série feel-good mais on ne s’en lasse pas.

Après avoir apprécié plusieurs séries Apple, je reconnais une patte, une signature de la marque à la pomme (je pense notamment à la brillante série The Morning Show) : démonter les clichés, les échelons sociaux, les évidences de la vie, pour laisser place aux valeurs du coeur. Netflix a toujours essayé de faire de même, peut-être moins subtilement selon moi. Bravo Apple.

Voir

Entre deux scènes avec des MacBook Air sur les bureaux, la série est magnifique, lumineuse, colorée. On apprécie les images de football, les balades dans la ville, la symétrie parfaite et les looks des personnages.

Sans oublier les acteurs, Jason Sudeikis est épatant, le rôle est parfois pour lui. J’ai particulièrement aimé Juno Temple et son accent britannique, son personnage est une petite leçon de vie.

J’ai beaucoup aimé cette série, vous l’avez compris, rire et ressentir des émotions fortes et douces à la fois, c’est le meilleur combo.

A voir sur Apple+.